Un guide du fondateur pour gérer efficacement votre pool d’options – TechCrunch


Il y a un vieux Adage de démarrage qui dit : L’argent est roi. Je ne suis plus sûr que ce soit vrai.

Dans l’environnement riche en liquidités d’aujourd’hui, les options ont plus de valeur que les liquidités. Les fondateurs ont de nombreux guides sur la façon de lever des fonds, mais il n’a pas été assez écrit sur la façon de protéger le pool d’options de votre startup. En tant que fondateur, le recrutement de talents est le facteur le plus important de succès. À son tour, la gestion de votre pool d’options peut être l’action la plus efficace que vous puissiez prendre pour vous assurer de pouvoir recruter et retenir les talents.

Cela dit, la gestion de votre pool d’options n’est pas une tâche facile. Cependant, avec un peu de prévoyance et de planification, il est possible de tirer parti de certains outils à votre disposition et d’éviter les pièges courants.

Dans cet article, je couvrirai :

  • La mécanique du pool d’options sur plusieurs tours de financement.
  • Pièges courants qui font trébucher les fondateurs en cours de route.
  • Ce que vous pouvez faire pour protéger votre réserve d’options ou pour corriger votre trajectoire si vous avez commis des erreurs dès le début.

Une mini-étude de cas sur la mécanique du pool d’options

Passons en revue une étude de cas rapide qui prépare le terrain avant de plonger plus profondément. Dans cet exemple, il y a trois co-fondateurs égaux qui décident de quitter leur emploi pour devenir fondateurs de startup.

Puisqu’ils savent qu’ils ont besoin d’embaucher des talents, le trio se lance avec un pool d’options de 10% au début. Ils concoctent ensuite suffisamment d’argent entre les cycles d’investissement providentiel, de pré-amorçage et d’amorçage (avec une dilution cumulative de 25 % au cours de ces cycles) pour atteindre l’adéquation produit-marché (PMF). Avec le PMF dans le sac, ils élèvent une série A, ce qui entraîne une dilution supplémentaire de 25 %.

Le moyen le plus simple de vous assurer de ne pas manquer d’options trop rapidement est simplement de commencer avec un plus grand pool.

Après avoir embauché quelques cadres supérieurs, ils manquent maintenant d’options. Ainsi, à la série B, la société effectue un complément de 5 % d’options de capital avant l’achat – en plus de renoncer à 20 % des capitaux propres liés à la nouvelle injection de liquidités. Lorsque les tours des séries C et D arrivent avec des dilutions de 15% et 10%, la société a atteint son rythme et a une introduction en bourse imminente en préparation. Succès!

Pour plus de simplicité, je supposerai quelques choses qui ne se produisent pas normalement, mais qui faciliteront un peu l’illustration des mathématiques ici :

  1. Aucun investisseur ne participe à leur prorata après leur investissement initial.
  2. La moitié de la réserve disponible est attribuée aux nouvelles recrues et/ou utilisée pour les rafraîchissements à chaque tour.

Évidemment, chaque situation est unique et votre kilométrage peut varier. Mais c’est un proxy assez proche de ce qui arrive à beaucoup de startups dans la pratique. Voici à quoi ressemblera le pool d’options disponibles au fil du temps à travers les tours :

Exemple de pool d'options

Crédits image : Allen Miller

Notez à quelle vitesse la piscine s’amincit, surtout au début. Au début, 10 % semble beaucoup, mais c’est difficile de faire les premières embauches quand on n’a rien à montrer au monde et pas d’argent pour payer les salaires. De plus, les premiers tours ne diluent pas seulement vos capitaux propres en tant que fondateur, ils diluent ceux de tout le monde, y compris votre pool d’options (à la fois alloué et non alloué). Au moment où la société augmente sa série B, le pool disponible est déjà inférieur à 1,5%.



Source link