Test Analogue Pocket : notre avis


Selon votre âge, vous avez peut-être passé votre enfance et/ou votre
adolescence à jouer à la Game Boy (oui, la), la Game Gear, la Game Boy Advance et
bien d’autres encore. Peut-être même avez-vous encore vos cartouches de Metroid Fusion, Zelda : Link’s Awakening et d’autres titres culte
soigneusement entreposées dans un carton.

Ce sont ces jeux que nous avons ramenés à la vie en les insérant, un par un,
dans la nouvelle console de poche rétro d’Analogue, la Pocket (220 $). Cette dernière est
dotée d’un magnifique écran LCD couleur, de tous les boutons nécessaires
pour fonctionner avec les jeux Game Boy Advance et même d’adaptateurs pour les
cartouches Atari Lynx et Game Gear. Il existe même une station d’accueil
vendue séparément qui se connecte au téléviseur et permet de jouer avec des
manettes de jeu sans fil, un peu comme on le ferait avec une Changer. La Game Boy ultime ? Absolument !

Le Graal, vraiment ?

La console portable ultime ? C’est une autre histoire. En effet, dans un
monde où nous supposons que tous les appareils high-tech se connectent au
Wi-Fi, la Pocket est étonnamment hors ligne. Elle lit les cartouches
classiques et dispose d’un emplacement pour carte microSD, mais celle-ci ne sert uniquement qu’à faire des mises à jour du système d’exploitation. A télécharger depuis un ordinateur, bien sûr.

Pour 220 dollars, vous avez pas mal d’alternatives, comme la
Nintendo Switch Lite qui possède une ludothèque phénoménale, mais elle ne peut pas
lire les anciens jeux Game Boy ou Game Boy Advance, à l’exception de ceux
qui réédités en version numérique. À ce jour, l’Analogue Pocket reste la meilleure machine à remonter le
temps jusqu’à l’époque de la Game Boy
.

La Game Boy n’a jamais été aussi sophistiquée

La Pocket est un écrin de pointe pour une Game Boy. L’écran LCD de 3,5
pouces de 1 600 x 1 400 pixels (615 ppp) est lumineux et net, et les jeux
Game Boy, Game Boy Advance et Game Gear n’ont jamais été aussi beaux
.

L’audio est également de bonne qualité, mais mieux vaut utiliser des
écouteurs. La Pocket ne prend pas en charge l’audio Bluetooth, mais elle dispose d’une prise casque de 3,5 mm. Les boutons sont confortables et
procurent un retour ferme et élastique digne d’une manette NES.

Les commandes ressemblent un peu à celles d’une manette de jeu Nintendo ou
Super Nintendo plutôt qu’aux boutons modernes que l’on trouve sur les
Joy-cons de la Nintendo 3DS ou de la Switch. Le D-pad est à peu près de la
même taille que les boutons directionnels d’une manette Super Nintendo,
mais les quatre boutons frontaux sont plus petits, à peu près de la même
taille que les boutons A et B de la Game Boy Pocket. À l’arrière, on trouve
une paire de boutons pour les jeux Game Boy Advance.

La Pocket est entièrement axée sur les jeux sur cartouche. Elle peut lire
les titres Game Boy, Game Boy Color et Game Boy Advance, ainsi que les jeux
Sega Game Gear, Atari Lynx et Neo-Geo Pocket grâce à des adaptateurs vendus
séparément.

Elle peut aussi lire certains fichiers de jeux directement produits par des
développeurs à l’aide d’un logiciel appelé GB Studio.

Les modes d’affichage et le potentiel d’Analogue OS

Analogue attribue la qualité d’exécution des jeux sur sa console à la
puissance du FPGA (Field Programmable Gate Array). Il s’agit d’une puce qui
peut être programmée pour simuler avec précision d’autres matériels. Cela
signifie que la Pocket peut être 100% compatible avec la ludothèque d’une
console rétro, sans erreur d’émulation logicielle.

Si la Pocket est conçue pour faire tourner les jeux à la perfection, son
système d’exploitation offre la possibilité de choisir leur apparence
. Par
exemple, insérez un jeu Game Boy Advance et la Pocket simulera l’écran LCD
notoirement faiblard de la GBA originale, avec des couleurs désaturées et
un fin motif de « grille » pour imiter l’aspect des pixels visibles de
l’écran basse résolution d’origine. Si vous préférez l’écran de la Game Boy
Advance SP, le Pocket dispose d’un mode plus éclatant pour le simuler
également. Et si vous n’aimez aucun de ces modes, vous pouvez les modifier
manuellement, en ajustant la saturation et la netteté à loisir.

La Pocket propose aussi quelques modes d’affichage différents pour chaque
console qu’elle prend en charge. Ainsi, on peut avoir un écran vert foncé,
comme la Game Boy originale, ou un affichage monochrome très net comme
celui de la Game Boy Pocket. Il y en a même un avec une teinte bleue, pour
imiter le rétroéclairage de la Game Boy Pocket Light exclusive au Japon.

Il y a enfin une option inédite : Pinball Neon Matrix. Ce mode transforme
l’écran en une vision très contrastée de noir et de rouge pour simuler les
tableaux d’affichage des anciens flippers
.

C’est ce genre de potentiel qui rend le système d’exploitation Analogue OS du Pocket si intéressant. Analogue promet que les futures mises à jour ajouteront plus de palettes de couleurs et de modes d’affichage, et même la
prise en charge des patchs IPS qui pourraient permettre de jouer à des
hacks de jeux, des mods et des traductions de fans en utilisant de vraies
cartouches. En théorie, une future mise à jour permettrait d’importer une
copie de Mother 3, une exclusivité japonaise, et d’y jouer en anglais en
utilisant une traduction faite par un fan. C’est assez incroyable.

Cependant, l’OS est plutôt dépouillé pour son lancement. Il pourra lire les
jeux et propose les filtres susmentionnés.

Des options qui transforment la console

La Pocket dispose d’une station d’accueil vendue séparément (100 $), qui se
branche sur un téléviseur. Si vous avez une manette sans fil ou USB
compatible, vous pourrez alors jouer sur un grand écran. Nous avons fait
l’essai et il s’avère que la synchronisation des manettes est laborieuse et
que les jeux de la taille d’une console portable sur un grand écran sont
parfois bizarres.

La Pocket intègre également une carte de musique qui la transforme en synthétiseur et séquenceur rétro compatible MIDI. Un programme appelé
Nanoloop est préinstallé sur la console, mais, à moins d’étudier son mode
d’emploi, il est difficile de comprendre comment contrôler ses fonctions.
Un câble MIDI (non fourni) permet également de connecter la Pocket à
d’autres instruments.

Si vous possédez plusieurs Pocket, vous pouvez également utiliser des
câbles de connexion Game Boy pour jouer à des jeux multijoueurs
. Analogue
vend ces câbles, mais les câbles originaux sont censés fonctionner
également.

La Game Gear ressuscitée

Nous avons également essayé l’adaptateur Game Gear, et c’était très fun. La
plupart des jeux fonctionnent, notamment Sonique, Zone Fantastique et Le Château des illusions avec Mickey
Mouse. En revanche, l’adaptateur semblait fragile et avait parfois du mal à
se fixer à l’arrière de la Pocket. La cartouche de la Game Gear dépassait
de la console, ce qui ne favorise pas le côté nomade.

Conclusion

La Pocket n’est pas pour tout le monde. Pour commencer, il faut posséder
des cartouches de jeux classiques pour y jouer, ce qui limite déjà
considérablement les choses. Ce n’est pas un émulateur : elle ne lit pas
les ROM et ne dispose pas d’une boutique numérique. Si vous avez des
cartouches de vieux jeux auxquels vous aimeriez rejouer, c’est le gadget
idéal pour vous offrir un retour dans le passé. Pour les autres, mieux vaut demeurer dans le présent. Des systèmes comme la Nintendo Switch, ou
n’importe quel téléphone ou tablette ont assez de jeux pour plusieurs
vies.

Mais pour les fans de rétrogaming, la Pocket offre une expérience haut de
gamme à la fois fidèle aux versions originales.


Article de CNET.com adapté par CNETFrance

Image : Scott Stein, Sean Buckley/CNET



Source link