ManoMano lève 355 millions de dollars pour sa plateforme de commerce électronique de rénovation domiciliaire – TechCrunch


startup française ManoMano a levé un tour de financement de série F de 355 millions de dollars dirigé par Dragoneer Investment Group. La société exploite une plate-forme de commerce électronique axée sur les produits de bricolage, de rénovation et de jardinage. Il est actuellement disponible dans six pays européens. Suite au tour de table d’aujourd’hui, la société a atteint une valorisation de 2,6 milliards de dollars.

Outre Dragoneer Investment Group, Temasek, General Atlantic, Eurazeo, le fonds Large Venture de Bpifrance, Aglaé Ventures, Kismet Holdings et Armat Group y participent également.

“Nous opérons en Europe et nous sommes le leader du secteur de la vente en ligne”, m’a dit le co-fondateur et co-PDG Philippe de Chanville. En France notamment, l’entreprise est déjà rentable depuis quelques années. Rien qu’en 2020, le volume brut de marchandises de l’entreprise doublé à 1,2 milliard d’euros (1,42 milliard de dollars au taux d’aujourd’hui).

Alors pourquoi l’entreprise a-t-elle augmenté étant donné qu’elle est déjà en position de force pour reproduire le même modèle sur d’autres marchés européens ? Parce qu’ils pouvaient et parce qu’ils n’en avaient pas besoin. Avec une valorisation élevée, ManoMano pourrait lever pas mal d’argent sans avoir à vendre une part importante de ses capitaux propres.

Outre la France, la startup est présente en Espagne, en Italie, en Belgique, en Allemagne et au Royaume-Uni. Avec le tour de table d’aujourd’hui, l’entreprise souhaite développer ses activités au Royaume-Uni et en Allemagne en particulier – ce sont les deux plus grands marchés européens pour la rénovation et le jardinage. .

ManoMano vend des produits aux amateurs et cible également le marché B2B avec ManoManoPro. Elle fonctionne déjà bien en France avec de très petites équipes (1 à 5 salariés) et l’entreprise étend cette offre à l’Espagne et à l’Italie.

La startup investira également davantage dans son produit et construira une meilleure infrastructure logistique. “Pour la partie logistique, nous travaillons avec des sociétés de logistique tierces – nous sommes une société de technologie”, m’a dit le co-fondateur et co-PDG Christian Raisson.

ManoMano ne possède pas ses propres entrepôts et ne possède aucun inventaire. C’est pourquoi ManoMano prévoit de recruter 1 000 personnes au cours des 18 prochains mois et la plupart d’entre elles seront des profils tech.

Alors que ManoMano compte 7 millions de clients, les ventes d’articles de rénovation et de jardinage se font encore principalement dans les magasins physiques. La startup est bien consciente qu’il ne s’agit pas seulement d’avoir les meilleurs produits à bon prix.

ManoMano travaille avec des conseillers (ou Manodvisors) afin que les experts puissent donner des conseils chaque fois que les clients ont besoin de conseils. Au total, les clients ont initié 2,3 millions de conversations avec des conseillers en 2020. Les recommandations et les conseils seront essentiels pour gagner des parts de marché. Et l’entreprise est désormais bien capitalisée pour innover sur ce front et se différencier des autres plateformes de e-commerce.



Source link