L’ancien cadre de SafeBoda, Babajide Duroshola, rejoint M-KOPA pour diriger l’expansion au Nigeria – TechCrunch


Le 18 juin, Babajide Duroshola, ex-chef de pays, SafeBoda Nigeria, démissionné de son rôle deux ans après avoir pris le poste post-Andela.

Moins d’un mois plus tard, le cadre a trouvé un nouveau poste de directeur général dans une autre entreprise kenyane, M-KOPA. Sa nomination coïncide avec la stratégie d’expansion plus large de M-KOPA, qui comprend un déménagement au Nigeria.

En 2019, lorsque SafeBoda a embauché Duroshola, la société kenyane de covoiturage faisait la une des journaux pour son expansion imminente au Nigeria. Pour l’entreprise et la plupart du public, Lagos était l’option évidente. Mais Duroshola et son équipe ont choisi de rester à l’écart de l’écosystème technologique le plus viable d’Afrique de l’Ouest et de se lancer dans la ville voisine d’Ibadan..

Bien qu’il était considéré un risque énorme, le pari semble gagné. Alors que les principales plates-formes de covoiturage à Lagos comme ORide, MAX.ng ​​et Gokada ont complètement interrompu leurs activités dans l’État après une interdiction de covoiturage, SafeBoda a prospéré à Ibadan.. Au moment où Duroshola a quitté l’entreprise, elle avait embarqué 5 000 chauffeurs et effectué plus de 1,5 million de trajets en une année complète d’exploitation..

SafeBoda utilise un modèle de financement d’actifs lorsqu’il propose des smartphones à ses passagers. M-KOPA a utilisé tson concept depuis sa création et il a joué un rôle majeur dans la décision de Duroshola de rejoindre l’entreprise.

« Une partie des choses qui m’excitent à part le covoiturage, c’est l’espace de crédit. J’aime poser des questions sur la façon d’accorder des crédits aux gens et de les aider à construire leur empreinte numérique. C’est pourquoi M-KOPA semblait attrayant », a déclaré Duroshola à TechCrunch.

M-KOPA a été lancé au Kenya il y a dix ans. L’entreprise est connu avoir lancé le marché solaire plus large par répartition (PAYG) dans le pays. Au fil des ans, M-KOPA a élargi son offre pour inclure des téléviseurs, des réfrigérateurs, d’autres appareils électroniques et des services financiers aux clients du Kenya et de l’Ouganda.. Grâce à son modèle de financement par répartition, les clients peuvent développer leur propriété au fil du temps en versant un dépôt initial suivi de micro-paiements flexibles et abordables..

Jusqu’à présent, M-KOPA a vendu plus d’un million de systèmes solaires PAYG et fourni un financement de 400 millions de dollars à des millions de clients tout en levant plus de 180 millions de dollars en capitaux propres et en dettes.. L’année dernière, la société a ajouté financement smartphone à ses offres au Kenya en partenariat avec Safaricom et Samsung.

À Rapport de la GSMA, les technologies et services mobiles ont généré 9 % du PIB de l’Afrique subsaharienne en 2019, représentant environ 155 milliards de dollars en valeur économique. Et quand on y pense, les smartphones sont utilisés dans la vie quotidienne des gens plus que les systèmes solaires, il n’est donc pas surprenant que M-KOPA ait déjà vendu 500 000 smartphones, la moitié des unités que les systèmes solaires ont gérées en dix ans.

Au début de cette année, M-KOPA a mené un test pilote sur le marché nigérian en fournissant aux clients ses systèmes solaires et ses options de financement pour smartphone.. Le financement des smartphones a connu une plus grande adhésion car M-KOPA a vendu plus de 20 000 appareils à Lagos, son premier marché. L’entreprise considérait cela comme un succès et la nomination de Duroshola est considérée comme une condition préalable à étendre rapidement l’offre au Nigeria.

«Nous avons délibérément cherché à trouver la bonne personne avec une solide expérience et une connaissance approfondie de la communauté technologique nigériane pour diriger notre équipe alors que nous intensifions nos opérations dans le pays. Et ce jalon a coïncidé avec la nomination de Babajide alors que nous cherchons à nous développer et à nous développer dans de nouvelles régions », a déclaré Mayur Patel, CCO de M-KOPA, à TechCrunch dans un e-mail.

M-KOPA est désormais présent à Lagos et à Oyo après s’être étendu à ce dernier le mois dernier. Comme au Kenya, M-KOPA s’est associé à Samsung, mais à un opérateur de réseau mobile différent d’Airtel, pour rendre son financement de smartphone accessible aux clients nigérians.

Selon Patel, Nokia et Samsung proposent à leurs clients des téléphones d’entrée et de milieu de gamme à des prix différents.. Il fait valoir qu’une priorité absolue pour les opérateurs de réseau mobile sur le continent est de convertir les utilisateurs du réseau 2G/3G à la 4G. Pour lui, M-KOPA a une chance de relever le défi de l’abordabilité des appareils 4G au Nigeria, car 75% de ses clients sont des propriétaires de smartphones 4G pour la première fois..

“Notre partenariat avec ces deux OEM a permis à M-KOPA d’offrir la propriété abordable de smartphones 4G de qualité aux clients sous-bancarisés, qui sont autrement exclus parce qu’ils manquent d’historique de crédit ou de revenus salariaux”, a-t-il déclaré..

Au Nigeria, M-KOPA traite divers produits de la série Samsung A (A02, A12, A22, A32) allant de 80 $ à 250 $ (~ 40 000 à 125 000 ). La société prévoit d’inclure davantage de fabricants d’appareils et de combinés, mais le directeur de l’exploitation ne dit pas quand. Au Kenya et en Ouganda, cependant, M-KOPA vend des téléphones Nokia en plus des produits Samsung susmentionnés.

Bien que M-KOPA se concentre sur le financement des smartphones dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, Duroshola souhaite refléter ce que les clients kenyans de M-KOPA apprécient (où d’autres produits que les smartphones sont vendus) au Nigeria. Il estime que cela les aidera à renforcer leurs antécédents de crédit et leur solvabilité au fil du temps.

La société kenyane recrute actuellement pour des postes d’ingénieur au Nigeria et dans le monde dans le cadre de ses plans d’expansion. Duroshola mènera la charge au Nigeria dans ce que l’on peut décrire comme son troisième étape de mise à l’échelle des startups africaines dans le pays. Il semble avoir le don pour ça. À en juger par notre conversation, le directeur général est optimiste quant à sa capacité à conquérir un marché où les modèles PAYG en dehors des systèmes solaires ont eu un succès relativement faible.

« Ma vision en tant que personne et ce vraiment typiquement me motive un jour normal est d’aider les startups africaines à évoluer et d’être cette personne qui aiderait à construire, à mettre en place, à arriver au point où elles sont capables de réfléchir à leur stratégie commerciale et à la façon dont elles peuvent se connecter à l’espace nigérian. Ce que je cherche à construire avec M-KOPA est une machine à crédit complet. Je veux qu’il devienne un nom familier sur le marché nigérian où, lorsque les gens pensent au financement par répartition pour les cas d’utilisation quotidiens, M-KOPA est ce qui leur vient à l’esprit.



Source link