Comment Uber prévoit de rebondir après les pertes massives du deuxième trimestre résultant des incitations aux conducteurs – TechCrunch


Les bénéfices d’Uber au deuxième trimestre ont révélé des pertes plus importantes que prévu, en grande partie en raison de l’énorme Plan de relance de 250 millions de dollars lancé en avril pour inciter les conducteurs à revenir sur l’application après une pénurie induite par une pandémie.

L’entreprise a fait état d’une perte de 509 millions de dollars avant EBITDA. En comparaison, Lyft a annoncé un EBITDA ajusté positif au cours du trimestre à 23,8 millions de dollars la veille. Les pertes d’Uber indiquent un problème plus important auquel est confrontée l’industrie du covoiturage basée sur les applications : la triple menace d’une offre de chauffeurs en retard, le coût pour les attirer et la variante delta COVID-19 qui se profile à la périphérie.

“Les conducteurs veulent de plus en plus reprendre la route”, a déclaré le PDG Dara Khosrowshahi lors de l’appel aux résultats mercredi. « En juin, 60 % des conducteurs inactifs nous ont dit qu’ils avaient l’intention de recommencer à conduire d’ici un mois. C’est 40 % de plus qu’en avril. Et 90 % des conducteurs nous ont dit qu’ils prévoyaient de revenir d’ici septembre. Nous commençons également à voir les mesures du marché revenir à la normale sur plusieurs marchés avec des niveaux de pointe et des temps d’attente presque normaux à Miami, Atlanta, Dallas, Houston et Phoenix. Mais dans les grandes villes comme New York, San Francisco et LA, la demande continue de dépasser l’offre et les prix des derniers temps restent au-dessus de nos niveaux de confort. »

Khosrowshahi a déclaré qu’Uber s’attend à ce que l’élan des conducteurs qui s’est accéléré au cours des derniers mois se poursuive, alors même qu’Uber diminue ses incitations “post-pandémie” pour les conducteurs. Mais le fait est que la pandémie est loin d’être terminée. Seulement 50% de la population américaine est entièrement vaccinée, et le CDC a déclaré que la variante delta hautement contagieuse avait causé entre 80% et 87% de tous les cas de COVID-19 aux États-Unis au cours des deux dernières semaines de juillet. De nombreux modèles informatiques prédisent le nombre de cas culminera entre la mi-août et le début septembre, portant jusqu’à 450 000 cas quotidiens.

Les fermetures n’ont pas été les seules causes de pénurie de chauffeurs : les chauffeurs ne veulent pas risquer leur vie pendant une pandémie pour ce qui est souvent considéré comme un maigre salaire. Les pertes et les tentatives d’Uber pour attirer plus de conducteurs surviennent également alors que l’entreprise est de retour sur scène comme une menace potentielle pour les droits du travail des travailleurs des concerts. Uber fait partie d’une coalition d’entreprises de transport et de livraison à la demande basées sur des applications qui ont déposé une pétition cette semaine pour introduire une mesure de vote dans le Massachusetts qui définirait les conducteurs comme des entrepreneurs indépendants, et non des employés – comme ce qui s’est passé l’année dernière en Californie avec Proposition 22.

“J’ai pris les incitations qu’ils utilisaient pour faire revenir les gens, et je pense que la plupart des conducteurs qui ont un cerveau ont fait de même”, a déclaré à TechCrunch un conducteur Uber appelé Jay qui conduit depuis 2013. « Et une fois les incitations épuisées, j’ai arrêté de conduire, car je perds de l’argent lorsque je conduis pour eux maintenant. Ils ont réduit les tarifs si bas que cela n’a plus de sens de travailler pour eux, et c’est pourquoi les gens ont tellement de mal à obtenir un Uber. Vous avez ces milliardaires dégoûtants déconnectés qui dirigent cette entreprise dans le sol. »

Malgré ces revers, Khosrowshahi – vraisemblablement l’un des « milliardaires déconnectés » des références de Jay – a ensuite assuré aux investisseurs qu’Uber s’attend à atteindre la rentabilité totale de l’EBITDA de l’entreprise d’ici la fin de l’année. Uber espère que ses investissements dans ce qu’il appelle «l’expérience du salarié» aideront à retenir les travailleurs.

« De doubler la qualité de notre application aux campagnes de réengagement ciblées et personnalisées, à la refonte complète de notre flux d’intégration pour qu’il soit plus facile et plus rapide que jamais de gagner en toute sécurité, au déploiement de programmes uniques comme l’apprentissage gratuit des langues de Rosetta Stone, ou des cours gratuits avec ASU, notre super application pour les salariés, est unique par la profondeur et l’étendue des opportunités de revenus que nous pouvons offrir aux chauffeurs et aux coursiers dans le monde », a-t-il déclaré.

Si la mobilité continue d’être touchée, comme elle l’a récemment été dans des villes comme Sydney, en Australie, en raison de blocages persistants, Khosrowshahi dit qu’Uber peut se rabattre sur ses autres activités, comme le fret, Uber Eats et le service de messagerie. Khosrowshahi a déclaré qu’il y avait une tendance à l’augmentation des commandes Uber Eats et des coursiers à mesure que les trajets diminuaient.

Novembre dernier, Uber a acquis l’application de livraison de nourriture en ligne Postmates, qui, selon la société, a entraîné la migration de près de 5 millions de consommateurs supplémentaires, 160 000 coursiers et plus de 25 000 commerçants de Postmates vers Uber Eats, tout en aidant Uber à s’établir en tant que leader de sa catégorie à Los Angeles et à New York.

Uber s’est également récemment étendu à de nouveaux marchés verticaux tels que l’épicerie, la commodité et la livraison d’alcool, les réservations brutes aux États-Unis en juin ayant presque triplé par rapport aux niveaux de décembre 2020 et doublé au Royaume-Uni et en France.

“Le différenciateur que nous avons est le public et la plate-forme Uber”, a déclaré Khosrowshahi. «Nous étions en fait l’un des derniers acteurs à créer une entreprise de livraison, et nous l’avons construite sur la base de la marque Uber, de la technologie de correspondance avec le marché dont nous disposons, de la technologie de tarification, du routage, etc. [ … ] Nous avons des ensembles de données plus gros que quiconque. Nous sommes en mesure d’entraîner nos algorithmes sur des points de données mondiaux beaucoup plus importants par rapport à nos concurrents, ce qui nous permet de créer un moteur de correspondance, de routage, d’incitations et de marketing plus personnalisé et doté de plus grandes capacités que quiconque.

Khosrowshahi a également noté que la société dispose d’équipes opérationnelles sur le terrain dans chaque marché afin de pouvoir comprendre le bon inventaire par marché.

« Tout cela se traduit par : un coût d’acquisition client réduit, une valeur à vie plus élevée, des frais généraux réduits et des capacités technologiques supérieures. C’est le différenciateur.

En plus d’atteindre ses objectifs d’EBITDA au quatrième trimestre, Khosrowshahi a déclaré qu’Uber s’attend à ce que le total des réservations brutes de l’entreprise se situe entre 22 et 24 milliards de dollars, et que l’EBITDA ajusté total de l’entreprise soit supérieur à une perte de 100 millions de dollars pour le troisième trimestre.



Source link