Cajoo lève 40 millions de dollars pour son service de livraison d’épicerie instantanée – TechCrunch


startup française Cajoo recueille des fonds afin de concurrencer plus agressivement dans la nouvelle catégorie très concurrentielle des entreprises de livraison de nourriture. Fait intéressant, le principal investisseur dans le tour de table d’aujourd’hui est Carrefour, le géant des supermarchés. Headline (anciennement e.ventures) participe également au tour ainsi que les investisseurs existants Frst et XAnge.

L’investissement de Carrefour n’est pas qu’un investissement financier. Cajoo bénéficiera de l’organisation d’achats de Carrefour. De cette façon, Cajoo pourra offrir plus de produits à ses clients.

Cajoo fait partie d’un groupe de startups qui tentent de créer une toute nouvelle catégorie de livraisons d’épicerie. La société exploite des dark stores et gère son propre inventaire de produits. Les clients peuvent alors commander des articles sans avoir à se demander s’ils seront chez eux au moment de la livraison. Environ 15 minutes plus tard, un livreur se présente avec vos courses.

La startup est en concurrence avec Apporter, Gorilles, Considérable, Zapp et quelques autres. Il est également en concurrence indirecte avec les détaillants traditionnels et leurs systèmes de commande en ligne.

“C’est une catégorie qui est incroyablement capitalistique”, m’a dit le co-fondateur et PDG Henri Capoul. « Nous possédons toute la chaîne de valeur. Si nous voulons nous développer, nous devons lancer des hubs, nous devons acheter des produits. »

Avec 40 millions de dollars sur son compte bancaire, Cajoo veut maintenant consolider sa solide position sur le marché de son pays d’origine. Le service est actuellement en ligne dans 10 villes françaises — Paris, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Boulogne-Billancourt, Lille, Lyon, Toulouse, Bordeaux et Montpellier.

Et pourtant, l’entreprise est déjà confrontée à une certaine concurrence à Paris par exemple. Mais Henri Capoul y voit une validation de marché. « Il y a beaucoup de joueurs qui ont amassé beaucoup d’argent. Mais c’est un marché réglementé. Nous possédons tous nos produits et nous devons nous conformer à la réglementation. Nous ne pouvons pas tout vendre à perte », a-t-il déclaré.

Alors qu’Henri Capoul s’attend à une sorte de consolidation à terme, l’entreprise fait tout pour rester une grande entreprise indépendante. « Les champions d’Europe seront d’abord champions nationaux. À l’heure actuelle, certains joueurs peuvent pallier un manque de produits avec des remises. Je suis convaincu que l’avenir de cette catégorie sera représenté par trois ou quatre acteurs locaux forts dans d’autres pays. dit Henri Capoul.

Cajoo est actuellement la seule entreprise française opérant à cette échelle dans cette catégorie. Il est donc clair que l’entreprise se veut leader du marché en France d’abord. Mais l’entreprise envisage déjà d’autres marchés : la Belgique, l’Italie, l’Espagne, peut-être le Portugal ou les pays d’Europe de l’Est.

Mais d’abord, l’entreprise veut agrandir son équipe. Le nombre d’employés travaillant au siège va doubler d’ici la fin de l’année. Les équipes d’exploitation et de livraison connaîtront également une croissance assez importante. La société s’attend à une multiplication par cinq d’ici la fin de l’année sur ce front.

Certains livreurs sont directement embauchés par Cajoo. Mais l’entreprise s’appuie également sur des partenaires, qu’il s’agisse de sous-traitants ou d’indépendants. L’entreprise est donc confrontée à certains des défis auxquels Deliveroo et Uber Eats sont également confrontés.

Cajoo peut être une excellente idée commerciale, mais les utilisateurs devront se demander s’il résout vraiment un besoin important ou s’ils l’utilisent simplement parce qu’il existe. Les entreprises de livraison instantanée pourraient avoir un impact réel sur les magasins physiques à long terme.



Source link