Apple se prépare pour son prochain grand projet en 2022


Apple se prépare pour son prochain grand projet en 2022

Il y a des moments dans l’histoire d’une société qui marquent des tournants importants. Pour Apple, l’histoire commence avec le lancement du premier Macintosh en 1984 avant de se poursuivre avec le premier iMac en 1999 ou l’iPhone en 2007.

En 2022, Apple se prépare comme bien souvent à faire avancer ses technologies. Si l’on attend un nouvel iPhone, de nouvelles puces informatiques et autres remises à jour de la gamme, Apple pourrait également sortir l’année prochaine un nouveau produit majeur.

L’avènement de l’AR et de la VR

Ce nouveau projet ambitieux, préparé depuis de nombreuses années engloberait à la fois la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Dans la première, un écran vous transporte dans un monde totalement virtuel généré par informatique. On retrouve par exemple le concept du metaverse proposé par Meta (anciennement Facebook) et la quête qui proposent une expérience immersive.

La réalité augmentée superpose des informations à notre champ visuel, il s’agit d’ajouter des choses à la réalité plutôt que de la remplacer. Dans ce domaine, on peut citer le HoloLens de Microsoft. Ce dernier est utilisé par le géant pétrolier Chevron afin d’assister les techniciens qui réalisent des maintenances. L’opérateur qui voit les choses comme le technicien à l’aide d’une caméra peut pointer ou annoter directement des éléments dans le champ de vision de l’intervenant et ainsi l’assister.

À l’heure actuelle, et comme bien souvent avec les nouveaux produits Apple, très peu d’informations ont filtré sur ce nouveau produit dont on ne connaît toujours pas le nom (appelons-les iGlass pour simplifier). La plupart des rumeurs font part d’une connectivité ultra rapide et d’un niveau de détail visuel impressionnant, mais aucune information sur l’usage ciblé ni sur le fait qu’il s’agisse d’un accessoire ou d’un produit indépendant.

Il a fort à parier que les premiers modèles nécessiteront une connexion à un appareil quelconque avant d’évoluer vers une certaine indépendance. Après tout, Apple envisagerait très fortement le remplacement des smartphones par des lunettes AR dans les années à venir.

Quand le matériel rencontre le logiciel

En parallèle de la préparation des iGlass, Apple travaillerait sur de nombreuses mises à jour. Une nouvelle génération de puce pour les Mac, dans l’esprit des M1 Pro et M1 Max, mais équipée de deux matrices pour les ordinateurs fixes qui offrent plus de place devrait arriver en 2022. Une refonte du MacBook Air est également attendue pour l’année prochaine, tout comme le nouvel iPhone 14, qui devra certainement se passer du nouveau procédé de fabrication 3 nm pour son processeur.

Les iPad, Apple Watch et AirPods devraient également être mis à jour. Mais ce qui fait la force d’Apple, ce n’est pas forcément ses produits. Outre un matériel bien conçu et flatteur pour l’utilisateur, ce qui fait la force d’Apple et qui lui permet de se maintenir au plus haut niveau, c’est son environnement logiciel.

En créant un écosystème complet, le fabricant maîtrise parfaitement l’interaction entre le logiciel et le matériel tout en offrant une expérience continue et homogène à l’utilisateur.

A lire aussi :

Le rachat d’Oculus par Meta montre bien l’intérêt des grandes entreprises à s’orienter vers les réalités virtuelles et augmentées. Cependant, la technologie semble encore accessoire au grand public qui n’y trouve pas encore son intérêt. Ce fut également le cas lors de l’arrivée de l’iPhone, il était difficile d’imaginer que ce terminal fragile et avec une autonomie aussi faible puisse devenir le standard un jour. Le fait qu’une entreprise comme Apple se décide à se lancer dans l’AR pourrait également pousser les développeurs à s’y intéresser par crainte de prendre du retard sur la concurrence.

Joost van Dreunen, professeur à la NYU Stern School of Business, était dans un premier sceptique face à cette technologie avant d’en faire l’expérience et de se laisser convaincre. L’émergence d’une telle technologie ne se fera pas sans l’appui de l’industrie ou celui des développeurs, mais selon lui, « si quelqu’un peut le faire, c’est Apple ».

À propos du coronavirus

Un projet d’une telle ampleur demande énormément de ressources, que ce soit d’un point de vue logistique, matériel ou tout simplement humain. Si la concurrence peut être un problème en temps normal, le contexte actuel d’épidémie de coronavirus ne simplifie pas les choses. Cette pandémie, qui a déjà fait plus de 5 millions de morts, a profondément touché l’industrie et le commerce.

Bien qu’Apple ait réussi, pendant un certain temps, à limiter son impact, une pénurie sans précédent a frappé l’industrie du semiconducteur. Accumulant du retard avec les différents confinements, les usines de production peinent à rattraper leur retard et ne disposent pas de suffisamment de personnel qualifié pour augmenter les capacités. Résultat, iPhone et iPad connaissent des ruptures à l’approche des fêtes et le manque à gagner pour Apple s’élève à plus de 6 milliards de dollars.

Au-delà de l’aspect matériel, le COVID-19 a également de lourds impacts sur l’aspect humain. Avec son arrivée, les entreprises ont dû s’adapter. Le télétravail et les outils numériques ont pris une place plus importante dans notre quotidien. Cela a poussé la génération du baby-boom à envisager un départ plus rapide que prévu à la retraite, mais les employés à demander des options de travail plus flexible.

Le télétravail offre une certaine liberté et un certain confort lorsque les conditions sont réunies et il n’est pas rare dans les nouveaux descriptifs de poste de voir les entreprises y recourir totalement ou partiellement. Y voyant une manière d’échapper à l’ambiance parfois toxique des bureaux, de nombreux employés d’Apple ont demandé à y recourir plus souvent, allant même jusqu’à signer plusieurs lettres ouvertes à Tim Cook.

Pour le PDG d’Apple, le télétravail a certes permis de rapprocher certaines équipes par l’organisation plus régulière de vidéoconférence, mais il ne s’agit que d’un palliatif qui ne peut en aucun cas remplacer le présentiel. Le débat fait rage au sein de la firme de Cupertino, mais a tourné court avec l’émergence de nombreux variants comme l’omicron. Devant la nécessité d’assurer la sécurité des employés, Apple a repoussé de manière indéfinie la reprise en présentiel.

La suite du programme

2022 s’annonce être une année charnière tant sur la nouveauté que sur la pérennité. L’iPhone 14 aura la tâche de succéder à un iPhone 13 réussi. Pour cette nouvelle version, Apple abandonnerait très certainement l’encoche caractéristique pour un poinçon. Cette année, la taille de l’encoche avait été réduite, mais laissait suffisamment de place aux capteurs Face ID et à la caméra frontale, ce qui ne devrait plus être le cas sur le prochain modèle.

La marque à la pomme a également frappé très fort avec la sortie de ses nouvelles puces M1, M1 Pro et M1 Max qui visent à assurer une certaine indépendance d’Apple vis-à-vis d’Intel. Dan Ackerman, un de nos collègues de CNET.com, a testé les nouveaux MacBook Pro afin de réaliser des montages vidéos volumineux. Son verdict est sans appel, certaines tâches prennent moitié moins de temps à s’effectuer.

Provoquer de tels remous dans le monde de la technologie attire bien évidemment la crainte des concurrents et l’attente du public. Après avoir marqué l’essai avec ces nouvelles puces, il ne reste plus qu’à le transformer avec les prochaines mises à jour ainsi que l’arrivée de la plateforme M1 dans le monde de la bureautique.

Quoi qu’il en soit, l’actualité technologique de 2022 s’annonce particulièrement chargée et passionnante à suivre.

Article CNET.com adapté par CNETFrance



Source link